Comment utiliser le cloud sans risque ?

le cloud sans risque

Publié le : 21 mars 20163 mins de lecture

Les chiffres sont vertigineux : fin 2014, au niveau mondial environ 300 exabytes de données étaient stockées dans le cloud ce qui représente environ 7% des données produites dans le monde. L’équivalent de 450 milliards de DVD, de 90.000 milliards de photos ou de MP3 ou encore de 37 milliards de milliards de pages de texte.

 Actuellement, on estime qu’un Européen sur cinq a recours au cloud pour sauvegarder des fichiers et les partager. Le cloud computing, c’est pouvoir accéder à distance et depuis n’importe quel appareil à des fichiers type mails, agenda, photos, musique, vidéos etc. et qui ne se trouvent plus enregistrés dans la mémoire d’un ordinateur ou d’un smartphone, mais sur un puissant serveur central. Le problème est que pour y accéder, il faut obligatoirement une connexion internet ce qui signifie que les données stockées en ligne peuvent faire l’objet d’un piratage. C’est ainsi que des hackers ont réussis à pénétrer dans les serveurs d’iCloud, le service d’Apple, pour y voler des photos dénudées que certaines célébrités y avaient placées. Conséquence : gros scandale !

Le cloud n’est pas infaillible et toute donnée potentiellement sensible ne devrait pas s’y trouver. Posez-vous la question si un document  circulant dans la nature pourrait vous nuire ? Si un inconnu découvre votre fiche de paie ne changera pas votre vie, par contre s’il a accès à votre RIB, ça devient plus dangereux. Les données cloud sont stockées dans de gigantesques data centers à travers le monde. Ces données peuvent également avoir été copiées dans plusieurs centres, pour éviter qu’elles ne se perdent en cas d’incident. Tout cela ne va pas sans poser de problèmes notamment par rapport à la législation des données confidentielles. Une véritable paranoïa pourrait s’en suivre !

Les solutions de Cloud Computing suscitent de nombreuses craintes chez les particuliers et les entreprises. Si les hackers s’attaquent quelques fois aux serveurs, il y a en fait très peu de risques qu’ils tentent d’intercepter des données quand vous les partagez. Cependant, il est préférable de crypter tous les documents sensibles avant de les stocker en ligne et de transmettre le mot de passe pour le décrypter par un autre canal, comme par exemple un SMS. Plusieurs logiciels permettent de le faire simplement, comme TrueCrypt, VeraCrypt ou Ghostscript. Les utilisateurs peuvent se prémunir à leur niveau face aux risques du Cloud Computing, en choisissant par exemple des codes d’accès complexes et en les renouvelant régulièrement.

Plan du site